NF2, défaite de peu chez le leader.

Face au leader incontesté de la poule A, les protégées de JPP n’ont pas à rougir de cette courte défaite 59 à 55. Les débats sont équilibrés en ce début de 1er quart temps, le Smuc est en préparation des play off et a changé tous ses systèmes de jeu. Monaco est le parfait sparring partner. Les rouges et blanches ne lâchent rien malgré la blessure de Marianne (entorse à la cheville) en cette fin de premier quart temps (24-16). Des l’entame du deuxième quart temps Jezabel est créditée de sa troisième faute et doit laisser sa place à Mélissa . Marine se blesse à son tour, claquage ou déchirure aux ischio-jambiers. C’est en pleur qu’elle regagne le banc. Les Smucistes dominent la raquette avec son pivot REGANI (1.94m) et les acemistes se voient irrémédiablement distancées (22 à 9). Les joueuses marseillaises regagnent les vestiaires sur le score de 46 à 25.
Après la pause citrons, les monégasques ne lâchent rien et défendent bec et ongles, les défenses prennent le pas sur l’attaque (Smuc 6 Asm 11). En ce début de quatrième quart temps Jezabel regagne définitivement le banc avec une cinquième faute très sévère, il est dit qu’en terre marseillaise les joueuses majeures ne doivent pas finir le match (remember Guerra et Machut de Roquebrune). Toutefois les Filles défendent et gagnent des ballons. Malgré la cinquième faute de Mélissa  l’écart se réduit, Flavie et Laurianne volent des ballons et Priscilla  et Caroline récupèrent des ballons au rebond défensif. Marseille a cru trop vite à la victoire, les deux dernières minutes sont palpitantes Filoni provoque des fautes et va derrière la ligne de Lancer-franc. L’Asm vient mourir à quatre points, dommage. Score final 59 à 55.
« Je suis fier de mes joueuses, dans l’adversité le groupe a répondu présent, nous n’avons pas été épargné par les blessures cette saison, encore cette semaine un décès d’un membre de la famille de Marie Laure Piel, quelques heures avant le départ pour Marseille Maeva Blanchi obligée de rester auprès de son père, victime d’un infarctus. Une montée, un maintien, ce groupe est extraordinaire et solidaire. Ce n’est pas sans une vive émotion que j’ai coaché mon dernier match à la tête de cette équipe, DAGHE MUNEGU.
Les points Cyprien 3 Richard 22 Michelotti 2 Peglion 2 Piel 3 Filoni 14 Montay 2 Hocquard 3
Prévôt-Darville 4

Written by